Add this site to your start page

jeudi, décembre 29, 2005

Bientôt la fin de l'année...

Comme tous les ans, alors que l'on pensait que jamais elle n'arriverait, la voici la voilà :
La fin de l'année.

Mince, je me sens "journaliste" sur le 13 heures de TF1 à vous balancer une évidence aussi con.

C'est vrai que cette année aura été riches en émotions, personnelles et collectives, qu'on a bien évidement déjà oublié au bout de quelques semaines.

Le mois de décembre n'a pas été en reste.

Riche en sorties. Concert de BloodHound Gang, groupe rock américain bien barré comme je les aime tant. Excellent groupe de scène que l'on croyait disparu depuis quelques années, et non ils nous reviennent avec un nouvel album.
Le concert a été magnifique. Bon, certes, faut aimer l'humour pipi – vomi et les chansons très portées sur LA chose, mais quand on aime c'est l'assurance d'un bon moment.

Et puis, voir toute une salle entonner à l'unissons "Va-gi-naaaaa-aaaaaa", c'est beau, c'est une émotion toute particulière qu'on ne retrouvera plus jamais.

Sinon dans ma quête spirituelle de lieux de sortie sur la capitale je me suis enfin décidé à tenter une boite de nuit. L'heureuse élue a été le SIX SEVEN près des Champs-Élysées.
A la base en fait j'ai été par un pur hasard, j'étais en vadrouille sur les champs pour une raison précise que je détaillerais plus tard.

Un ami m'appelle (oui, c'est celui que j'ai connu en ayant dépensé 70 euros sur Meetic, alors je le garde bien précieusement) et me propose d'aller tester cette boite. Curieux de voir l'endroit j'accepte, et j'ai bien fait, car enfin j'en ai dénichée une : Une planque de nanas bien foutues.

C'est vrai, sérieusement, toutes les jolies filles qu'on voit régulièrement dans les pubs, les sites internet et autre, vous ne vous êtes jamais demandé où est-ce qu'elle se trouvaient dans la réalité ?
Jusqu'à présent, le seul lieu concentrant un nombre important de jolies filles que j'avais déniché c'était mon boulot. Mais là pas touche, c'est une décision mûrement réfléchi. Pas par moi évidement, vous vous en doutez.

Bref, quel agréable surprise de voir un concentré de pouffes se dandinant et se mettant en valeur aux yeux de tous sur les différentes marches et autres blocs destinés aux danseurs exhibitionnistes.

Arrive hélas minuit et quelques, le dernier RER qui se rapproche, et donc le besoin de partir de la boite sous peine de rentrer en taxi. Et surtout la garanti d'un pourcentage de pénétration de tête dans le postérieur assez élevé le lendemain au boulot (et oui, les sorties le jeudi soir, ça a ses inconvénients).

Alors qu'on partait, on croise plein de nouveaux arrivant à qui des animateurs refilent des bâtonnets fluorescents pouvant s'enrouler autour du poignet, tel un petit bracelet lumineux.

Étonné par cette soirée qui commence à minuit et quelques pour finir probablement vers 4 heures du matin, mon pote se renseigne et me rapporte qu'il s'agit en fait d'une soirée célibataire qui commence.

Et mince !
Obligé de bosser le lendemain. Je me renseigne juste sur l'utilité des 3 couleurs disponibles avant de partir et j'obtiens les renseignements :
Rouge : je suis maqué(e), n'y pense même pas (ou alors sans te faire gauler).
Vert : Je suis célibataire et disponible pour commencer avec toi une longue et durable relation d'au moins quelques heures
Bleu (ma couleur préférée) : je suis maqué(e). Mais bon, sur un malentendu ça peut très bien se faire ce soir.

Évidement, pas un seul mec en rouge (pas cons non plus) quelques filles qui se débrouillaient pour bien mettre la couleur sanguine en évidence (dont une qui en a fait 2 énormes boucles d'oreille, si le message n'était pas clair comme ça).

Bref, à l'occasion, testerais bien voir ce que ça donne. Ca ne peut pas être plus foireux que Meetic de toute manière.

Quel coup de bol d'avoir été sur les Champs ce soir là.
Et oui, faut dire que je cherchais désespérément une boutique compatible avec mes horaires de boulot et qui me permettre de résoudre un épineux problème :

Avoir un déguisement pour la soirée costumée destinée à fêter l'anniversaire d'un très bon ami deux soirs plus tard.

Seulement rien, aucun magasin de déguisements qui fasse nocturne. Dépité je me suis retrouvé au Disney Store. Hélas, rien pour les enfants de plus de huit ans.
Malgré tout je tente quand même un essai.

Hélas, le costume de fée était décidément trop court, le dernier ourlet s'arrêtant à mon nombril et exposant ainsi mes bijoux de famille à tous les clients présents (je n'avais pas trouvé les cabines d'essayage).
J'allais essayer le costume de Peter Pan quand les videurs m'ont choppé et balancé à l'extérieur de la boutique.

Symbole que les fêtes approchaient et qu'on l'on était donc en une période propice à la charité, ils m'ont tout de même rendu (enfin, balancé à la gueule) mon pantalon et mon slip kangourou. Pendant que je me rhabillais, me vint l'idée qui allait me sortir de cette impasse, celle de me déguiser sans moyens :

Le déguisement de l'homme invisible !

Bon, pour se déguiser en homme invisible, il y a deux options :

1) Ne pas aller à la fête.
Avantage : Très efficace ! Une ressemblance parfaite à 100% vous garantissez
Inconvénient : Du coup vous restez seul chez vous à vous

2) Vous enrouler la tête et les mains de bandelettes, mettre des lunettes de soleil et une casquette sur al tête, et le tour est joué.
Avantage : Pas frère mon frère. Et en plus ça donne bien !
Inconvénient : pensez à vraiment bien fixer les bandelettes avec des tonnes de sparadrap, sinon ça se décollera tout au long de la soirée, et vous aurez du mal. Par ailleurs quelques difficultés sont à noter en ce qui concerne la respiration et l'ingurgitation de nourriture et boissons.

Vous vous doutez bien que c'est la seconde que j'ai choisie malgré ses inconvénients.
La soirée se déroulait tranquillement, quand soudain arrive la charmante voisine du dessous.
Elle commence à taper la bise à tout le monde, se retourne, me vois, pousse un petit cri et
détourne le regard de moi.

Mince, je ne pensais pas avoir autant traumatisé les habitants de Toulouse à ce point.

En fait non, j'étais simplement tombé sur l'un des rares spécimens de personnes atteinte de la phobie des masques. Allez savoir quel traumatisme elle a subi, mais elle ne pouvait absolument pas rester tranquille si moi ou un de mes amis déguisé en Obelix était dans son champ de vision.

Mais elle faisait des efforts.
Elle m'a ainsi proposé de retirer mes lunettes de soleil pour humaniser la masse indéfinie que représentait ma tête.

Là toutes autres personnes présentes :
"Non! Non! C'est pire !"

Ah bein merci les amis, dites que j'ai un regard de pervers tant que vous y êtes !

Bon, en s'arrangeant tant bien que mal, la soirée se déroula à peu près correctement, puis se termina non déguisée au Massimo Café, au balcon sur de confortables fauteuils autour d'une bonne bouteille de Vodka. La belle vie quoi. Que pouvait-il manquer pour parfaire la soirée ?

Avec le recul, et même sur le moment, je pense qu'un bon DJ moins bavard avec des notions d'enchaînements de titres moins foireux n'aurait pas été un mal.

Enfin, nous verrons bien en janvier s'ils ont trouvé un remplaçant digne de ce nom.

La fin de l'année se rapproche vraiment. Sur ce, en attendant que vienne le réveillon, je vous laisse fidèles lectrices et lecteurs, j'ai la Mère Noël qui m'attends pour me faire ses voeux.

1 Comments:

Blogger Unknown said...

a l'air simpas la boite pres des champs. mais bon pour les "bombasses" c'est clair que sur ou autour des champs t'as plus de chance d'en voir qu'ailleur.

sinon l'idée du déguisement était pas mal, dommage pour la voisine.

sinon c'est simpas de voir qu'avec de gros horraires de boulot on peut quand meme avoir une vie sociale, ca fait plaisir à entendre

1:46 AM  

Publier un commentaire

<< Home